Un sourire blanc éclatant

Des dents blanches et un sourire radieux : on en rêve tous ! Avoir des dents blanches et rayonnantes est un idéal de beauté que nous associons à la santé et à la jeunesse. Les dents jaunes serait-il un signe de mauvaise santé ? Absolument pas ! Mais il existe des solutions. Quelques conseils pour les blanchir. 

L'HÉRÉDITÉ

Certaines personnes ont des dents plus blanches que d'autres. La couleur des dents est en partie héréditaire, et est liée à la couleur et de l'épaisseur de la dentine, le tissu à partir duquel les dents sont formées. La couleur naturelle de la dentine varie du jaune clair au jaune foncé. La couche d'émail de nos dents est pratiquement transparente, c'est pourquoi la couleur de la dentine brille à travers l'émail.

LA COLORATION DENTAIRE

L’hérédité n’est pas la seule en cause : l’âge figure parmi les autres facteurs qui déterminent la couleur de vos dents. Avec le vieillissement, la dentine devient plus foncée. La couche d'émail s'affine également au fil des ans, en raison de l'usure. Ainsi, la couleur de la dentine (plus foncée) devient plus proéminente. Les caries, les traumatismes dentaires, les traitements de canal, les médicaments et les plombages gris ou noirs peuvent également causer une décoloration. Il existe également des causes externes : le tabagisme, certains aliments (café, thé, vin rouge), le fluorure d'étain contenu dans certains dentifrices et le rince-bouche à la chlorhexidine (un rince-bouche désinfectant qui peut rendre les dents brunes).

UNE BONNE HYGIÈNE BUCCO-DENTAIRE

Que vous ayez la chance d'avoir les dents blanches ou pas, il est important de garder l'éclat naturel de vos dents le plus longtemps possible. Mieux vaut en prendre bien soin :

  • Brossez-vous les dents deux fois par jour, pendant environ cinq minutes. Utilisez une brosse à dents douce avec une petite tête pour atteindre chaque recoin. Vous pouvez également opter pour une brosse à dents électrique. Une brosse à dents se garde trois mois maximum.
  • Utilisez un dentifrice au fluor. Cela aidera à renforcer votre émail, pour des dents plus résistantes aux attaques acides.
  • Faites également attention à vos gencives lors du brossage. Massez-les doucement avec la brosse à dents.
  • Utilisez un fil dentaire au quotidien pour nettoyer l’espace inter-dentaire.
  • Utilisez un rince-bouche tous les jours, pour lutter contre le tartre et la mauvaise haleine.
  • Prenez rendez-vous chez votre dentiste deux fois par an, pour effectuer un contrôle, éliminer le tartre et la plaque dentaire, ce qui redonne de l’éclat à vos dents.
  • Éliminez les aliments qui colorent vos dents.

DES DENTS (PLUS) BLANCHES

Vos dents sont jaunâtres ou colorées ? Il existe des solutions.

LE BLANCHIMENT

Si vous pouvez faire un blanchiment des dents vous-même, il est préférable de confier la procédure à un professionnel. Certains processus peuvent endommager vos dents et la cavité buccale.

Ces produits aident à blanchir les dents :

  • Un dentifrice blanchissant. Assurez-vous d'utiliser des produits sûrs. Un dentifrice blanchissant n'aide qu'à lutter contre les décolorations légères et superficielles.
  • La gouttière. Le dentiste ou l'assistante dentaire fera d'abord une empreinte de vos dents, pour réaliser une 'gouttière'. Cette gouttière vous est ensuite remise avec une substance blanchissante (péroxyde), et vous pouvez l’utiliser à la maison. La vitesse à laquelle vos dents blanchissent dépend du degré de décoloration.
  • Le blanchiment chez le dentiste. Vous pouvez également faire blanchir vos dents par votre dentiste. La concentration de produit utilisé est plus élevée qu’en cas de blanchiment à domicile. Pour accélérer le processus de blanchiment, le dentiste utilise souvent une lampe spécialement prévue à cet effet.
  • Un blanchiment de l'intérieur. Les dents décolorées par un traumatisme ou un traitement de canal, par exemple, peuvent être blanchies de l'intérieur par le dentiste. Le dentiste ouvre alors la dent décolorée (morte) et y applique un agent blanchissant. Parfois, cette méthode doit être répétée plusieurs fois pour obtenir l'effet désiré.

LES FACETTES DENTAIRES

Une facette est une fine couche de résine ou de porcelaine que le dentiste applique sur les dents en question. Tout niveau de coloration peut donc être corrigé, mais cette méthode est coûteuse. Avant de vous décider, nous vous conseillons de vérifier d'abord si votre assurance maladie prend en charge ce traitement.

  • Objets du quotidien : les sept principaux nids à microbes

    Lorsqu’on évoque les microbes de la vie quotidienne, la cuvette des toilettes est souvent le premier lieu qui nous vient en tête. On la recouvre avec précaution de plusieurs couches de papier toilette avant de s’y asseoir… mais sachez que d’autres objets courants contiennent en fait bien plus de microbes que la cuvette ! 

    En soi, ce n’est pas forcément la fin du monde. De nombreuses bactéries sont inoffensives voire bonnes pour la santé, par exemple, la flore intestinale qui en contient des milliards.

    Méfiance tout de même : certaines bactéries peuvent vous rendre vraiment malades, comme par exemple la salmonelle, le E.coli et le staphylocoque, qui se trouvent souvent dans les aliments, mais parfois hélas sur des objets de la vie courante. Ils sont invisibles et difficiles à éviter. Vous pouvez tout de même minimiser les risques de contagion, en adoptant quelques gestes préventifs simples.

    Ci-dessous : sept objets qui regorgent de bactéries, et quelques conseils pour réduire les risques.

    1. La planche à découper

    Une planche à découper se recouvre très vite de germes, surtout si elle a servi à découper de la viande ou du poisson cru. Elle pourrait en contenir jusqu’à 200 fois plus qu’une cuvette de toilettes ! Ce sont les petits rainurages causés par le couteau qui abritent potentiellement le plus de bactéries, par exemple, la salmonelle.

    Que faire ? Préférez une planche en bois, d’érable ou de hêtre, plus résistante aux rainurages. Lavez la planche avant et après chaque utilisation, à l’eau chaude et au produit vaisselle. Rincez après utilisation à l’eau chaude et séchez la bien avant de la ranger. Gardez la planche bien polie, pour la protéger face aux entailles.

    2. La brosse à dents

    Dans certaines familles, il est courant de se partager une brosse à dents, alors qu’il s’agit justement de l’un des objets les plus sales de la maison, particulièrement attrayant pour les bactéries E. Coli qui s’y nichent volontiers. De plus, les brosses à dents sont souvent rangées les unes à côté les autres, idéal pour la contamination… C’est d’autant plus vrai si les toilettes se trouvent dans la salle de bains : lors qu’on tire la chasse sans rabattre le couvercle, de nombreuses particules microbiennes sont diffusées dans la pièce et virevoltent dans les airs, puis se posent sur les objets aux alentours !

    Que faire ? Vos brosses à dents doivent être protégées. Rangez-les dans un placard fermé. Évitez les étuis ou couvercles, eux-mêmes des gros nids à bactéries. Ne partagez pas votre brosse à dents avec autrui.

    3. Les produits de maquillage

    De même que pour les brosses à dents, les produits de maquillage sont souvent rangés dans la salle de bains, déjà propice aux germes. Cela peut causer des infections et problèmes cutanés importants, affectant en particulier les zones sensibles comme les yeux.

    Que faire ? Pareil que pour la brosse à dents : on ne partage pas son mascara, ni son rouge à lèvres ! Nettoyez régulièrement vos pinceaux de maquillage à l’aide d’un nettoyant spécial ou avec de l’alcool à 90º.

    4. Le lit

    Votre literie abrite hélas bien plus que les habituels acariens, d’autres bactéries ont également élu domicile dans vos draps, matelas, couette, oreillers. Pas étonnant, puisque chaque nuit, vous imprégnez votre matelas de sueurs chaudes, froides et de cellules mortes.

    Que faire ? Changez vos draps au minimum deux fois par mois, de préférence une fois par semaine. Aérez votre chambre quotidiennement, et faites un grand nettoyage après chaque saison. Le soir, douchez-vous avant de vous glisser sous la couette.

    5. Le téléphone portable

    Votre téléphone portable peut contenir des staphylocoques ou autres bactéries responsables d’intoxication alimentaire. Pas étonnant, puisqu’il est en contact direct avec votre bouche, et sans que vous ne le remarquiez, des microparticules de salive atterrissent sur l’écran. Et comme on pense rarement à nettoyer son smartphone, celui-ci se mue en nid propice au développement de bactéries…

    Que faire ? Nettoyez votre téléphone chaque semaine à l’aide d’un chiffon doux antibactérien. Évitez les produits de nettoyage, qui risquent d’endommager votre écran tactile. N’appliquez jamais de spray directement sur votre téléphone, mais toujours sur un chiffon.

    6. Le clavier d’ordinateur et la souris

    Tout votre bureau, en fait. Et oui : vous y avez éternué, toussé, englouti un repas entre midi et deux. Votre clavier a certainement été touché par un collègue, votre PC a sûrement été réparé par quelqu’un d’extérieur… de plus, 10% des employés avouent ne jamais nettoyer son clavier, et ce chiffre monte à 20% pour la souris.

    Que faire ? Évitez de manger au bureau, privilégiez les déjeuners à la cantine. En effet, les aliments sont LA plus grande cause de contamination. Nettoyez votre clavier et votre souris avec un chiffon légèrement humide, sans produit de nettoyage. Utilisez un aérosol pour enlever les restes d’aliments sous les touches du clavier.

    7. Le sèche-mains

    Vous pensiez que l’air chaud se chargeait de tuer les microbes ? Tout faux, l’air n’est pas assez chaud pour ça ! De plus, en se séchant les mains, de nombreux utilisateurs touchent la grille, au lieu de simplement garder leurs mains dessous.

    Que faire ? Si c’est possible, il vaut mieux se sécher les mains avec des serviettes en papier ou des lingettes jetables. Cela minimise le contact avec les bactéries de vos prédécesseurs.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€

  • Épilation et psoriasis : comment procéder ?

    Le psoriasis, affection dermatologique, peut s'avérer très gênant au quotidien. Des gestes banals, comme le rasage ou l'épilation, deviennent compliqués. Heureusement, ce n'est pas impossible, surtout si on adopte la bonne technique et les bons gestes. Comment procéder tout en protégeant sa peau ?

    Le psoriasis, c'est quoi ?

    Le psoriasis est une maladie bénigne et chronique de la peau, qui peut être très désagréable. La maladie se caractérise par des plaques rouges sur l'épiderme, recouvertes de squames blancs (peaux mortes) plus ou moins importantes. Il existe plusieurs sortes et plusieurs degrés de psoriasis, la forme la plus courante étant celle qui affecte les genoux.

    S'épiler sans soucis

    S'épiler quand on souffre de psoriasis, ce n'est pas évident mais pas impossible non plus. Les bonnes précautions devraient suffire à éviter irritations et séquelles durables :

    On évite les zones recouvertes de plaques de psoriasis. L'épilation au laser est un bon choix, car c'est une technique très ciblée, s'attaquant uniquement à la mélanine contenue dans les poils. Ainsi, on évite tout dommage collatéral, contrairement à d'autres techniques dépilatoires comme les crèmes, dont les composants chimiques peuvent irriter la peau.

    De manière générale, mieux éviter l'épilation à la cire. En plus des dommages mécaniques, cette méthode cause également des irritations liées à la chaleur.

    Vous préférez vous épiler avec un épilateur électrique ? C'est possible, mais non sans risques. Si vous utilisez l'appareil sur une plaque de psoriasis importante, des squames peuvent se former et cela peut abîmer la peau.

    Important : lorsque les plaques de psoriasis sont importantes, les poils finissent par se retrouver sous une couche de squames, et ne posent donc plus de problèmes.

    Par conséquent, lorsque vous rasez des zones saines, procédez avec douceur et prudence. Le psoriasis provoque des démangeaisons dans environ 30 % des cas. Choisissez donc des crèmes apaisantes et des savons doux.

    Précautions à prendre

    • Procédez toujours en douceur.
    • Pendant l'épilation, essayez d'éviter toute blessure, y compris sur les zones saines.
    • N'enlevez jamais vous-même les plaques de psoriasis (ce n'est d'ailleurs pas nécessaire).
    • N'appliquez pas de cire chaude (ou froide) directement sur les zones affectées, sous peine d'aggraver l'affection.
    • Ne repassez jamais plus d'une fois sur la zone à raser.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Fatigué? C’est peut-être dû à votre alimentation

    Il y a plusieurs raisons qui expliquent la fatigue, la plus évidente étant dormir trop ou pas assez. Mais votre alimentation peut aussi être en cause, par exemple quand :

    1. Vous sautez un repas. Ça peut provoquer une chute brutale du taux de sucre dans le sang et donner une sensation de fatigue.
    2. Vous buvez trop de café. Et oui, l’inverse peut être vrai : le boost de caféine du matin que vous utilisez pour lutter contre la fatigue, peut provoquer un coup de pompe dans l’après-midi. Et ainsi retourner vers la caféine…
    3. Vous ne déjeunez pas. C’est et ça reste un repas important pour vous aider à passer la matinée. Pas faim ? Alors prenez quelque chose (de sain) avec vous, comme du yaourt et du muesli pour quand vous aurez faim.
    4. Vous mangez souvent des plats préparés. Trop de graisses, trop de sel, trop de sucres, trop de calories et la plupart du temps, vous ne vous sentez même pas rassasié.
    5. Vous avez constamment envie de sucre. Votre corps a besoin d’énergie et donc il appelle le sucre. Essayez d’introduire plus de protéines (maigres) dans votre alimentation.
    6. Vous « oubliez » de manger des fruits. Les fruits ont deux avantages : les vitamines et ils contiennent aussi beaucoup de sucres. Une façon saine de répondre à votre besoin en énergie !
    7. Vous ne mangez pas de glucides. Les glucides sont l’énergie du corps, vous pouvez éventuellement les diminuer mais il faut en manger au moins un peu (complet ou céréales).
    8. Vous laissez les légumes de côté. Ils contiennent cependant beaucoup de vitamines et minéraux qui aident à lutter contre la fatigue, et peuvent éviter une carence en fer (aussi un facteur de fatigue).
    9. Vous avez des problèmes intestinaux. La constipation (pas assez d’eau ou de fibres) ou la diarrhée (trop de sucres et de graisses) ont un impact énorme sur votre énergie.
    10. Vous ne buvez pas assez d’eau. La déshydratation diminue la concentration, augmente la fatigue et peut aussi provoquer des maux de tête.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Notre vue décline avec l'âge : on vous dit pourquoi!

    La plupart des seniors portent des lunettes. Un hasard ? Hélas, non : avec l'âge, notre champ visuel se rétrécit, les couleurs deviennent moins faciles à distinguer et les contrastes se brouillent. La raison ? On vous l'explique dans l'article ci-dessous. 

    Un déclin lié au vieillissement

    • La cataracte : elle concerne environ 50% des plus de 65 ans. La vue se brouille, et on a l'impression de regarder en permanence à travers une vitre trouble.
    • La sécheresse oculaire : la production lacrymale décline avec l'âge. Pour remédier aux yeux qui piquent et qui brûlent, on pense aux larmes artificielles et aux médicaments spécialement conçus pour les yeux secs.
    • La rétinopathie diabétique : une maladie des yeux touchant les diabétiques, due à la détérioration progressive des vaisseaux sanguins irriguant la rétine. Cette détérioration génère, entre autres, une hémorragie puis un gonflement du tissu de la rétine.
    • L'ectropion et l'entropion : l'affaiblissement des muscles de la paupière cause une éversion de la paupière inférieure vers l'extérieur de la cornée (ectropion). Si l'éversion s'effectue vers l'intérieur de la cornée, on parle d'entropion.
    • L'enophtalmie : survient lorsque le tissu graisseux des globes oculaires diminue, causant une rétrusion en arrière du globe à l'intérieur de l'orbite.
    • Le décollement de la rétine : une partie de la surface de la rétine se décolle à cause d'une fuite de l'humeur vitrée. La conséquence ? Des "mouches volantes" devant les yeux - en soi, un phénomène plutôt inoffensif, mais le trouble pourrait indiquer une infection de la rétine, bien plus grave puisqu'elle peut entraîner une cécité.
    • Le glaucome : il s'agit d'une montée de la pression oculaire atteignant le nerf optique, diminuant petit à petit la capacité visuelle.
    • La presbytie : très répandue, c'est le nom que l'on donne lorsqu'on a du mal à voir des objets de près.

    Le vieillissement de la structure de l'œil

    • Altération de la distinction des couleurs : les cellules permettant de bien distinguer les couleurs perdent en sensibilité avec l'âge, ce qui explique pourquoi les seniors ont plus de difficultés à différencier les nuances de teintes et de contrastes.
    • Perte de la vision périphérique : la vue latérale diminue. On estime que les septuagénaires subissent une perte de 20 à 30 degrés. C'est là que la conduite automobile devient vraiment dangereuse…
    • Altérations du blanc de l'œil : le blanc de l'œil tourne alors au jaune ou au brun, suite à des années d'exposition (excessive) aux rayons UV, au vent et à la poussière. Des tâches pigmentaires peuvent survenir.
    • Diminution de la taille des pupilles : les muscles qui influent sur la taille de la pupille et sur la réaction face à la lumière, s'affaiblissent. La pupille se rétracte, et réagit moins bien aux changements de luminosité.

    Que peut-on faire ?

    Vos yeux vieillissent en même temps que vous. Il est donc important, passé 40 ans, de consulter régulièrement son ophtalmologue. Quelques conseils simples peuvent vous aider à garder vos yeux en forme le plus longtemps possible :

    • Faites le plein de carottes et de myrtilles, excellentes pour les yeux.
    • Utilisez scrupuleusement vos "béquilles" : loupes, lunettes, jumelles.
    • Lorsqu'il fait beau, portez systématiquement des lunettes de soleil avec filtre UV pour protéger vos yeux.
    • Sachez que la cigarette diminue l'irrigation sanguine vers vos yeux, qui de plus subissent les vapeurs toxiques de la fumée.
    • Préférez les locaux bien éclairés.

    Ça vaut la peine d'essayer, non ?

    Abonnez-vous à notre newsletter sur pharmaciedesyeux.be & Kenkoo et recevez 15% de réduction sur votre premier achat.